La guerre vue du Havre
Louis RAEMAEKERS (1869-1956)

Louis Raemaekers, considéré comme un dessinateur néerlandais de presse engagé, publie, dès l’été 1914, peu après l’invasion de la Belgique par les Allemands, des caricatures dans le quotidien d’Amsterdam, De Telegraaf.
Bouleversé par la brutalité des offensives, il puise ses renseignements directement auprès des reporters et des réfugiés. Grâce à ses caricatures anti-allemandes il souhaite que les Pays-Bas, neutres, s’engagent contre l’Allemagne. Son attitude malmène les relations diplomatiques. Le gouvernement saisit son travail de dessinateur. Convoqué à la demande expresse de l’Allemagne, le premier Ministre hollandais le somme de justifier sa position.
Grâce à ses relations, nombre de ses dessins sont partis en France et en Angleterre, où ils sont alors imprimés et diffusés. A la suite de ces publications, le journaliste décroche des contrats avec de grands organes de presse anglais. En 1915, le Parlement anglais lui-même a les yeux tourné vers Raemaekers, d’autant qu’un comité de propagande, largement structuré autour du premier Ministre, Herbert Asquith, a pris contact avec la caricaturiste pour que l’impression d’un recueil soit lancée début 1916, avec une traduition en 18 langues, et distribué dans près d’une vingtaine de pays. L’écoute de la population, autant que des politiques, est donc au rendez-vous. Le matraquage anti-allemand va jusqu’à imprimer les caricatures sur les paquets de cigarettes, ce qui a fait dire à un journaliste allemand : Il faut bien s’imaginer les conséquences d’une telle propagande : cinquante millions de soldats et de civils pour voir l’empereur et l’Empire avec les yeux de Raemaekers.
En France, il est protégé par son confrère et collectionneur de caricatures John Grand-Carteret. Des expositions sont organisées à Paris, pour le grand public. L’édition de ses dessins est assurée par des revues comme La Baïonnette.
Présent à Paris en février 1916, il est décoré de l’ordre de la Légion d’honneur.
Son action de journaliste illustrateur est déterminante, en avril 1917, pour galvaniser l’opinion publique américaine, en forçant le gouvernement à s’engager au côté des alliés contre l’Allemagne.
Rentré des États-Unis via l’Angleterre, il regagne les Pays-Bas où il a obtenu l’autorisation de séjour de la part de la Reine Wilhelmine, en personne.
Il s’intéresse encore, par la suite, à la politique européenne, mais sans atteindre le même rayonnement que par le passé. Il décède le 26 juillet 1956 à La Haye (Pays-Bas).

Pourquoi la Ville du Havre dispose-t-elle, aux Archives municipales, de près de 80 lithographies numérotées, ainsi que d’une photo dédicacée du caricaturiste ?

En août 1916, M Jules Jennequin, Adjoint au Maire, contacte M Willy Rogers, des bureaux des Publications Raemaekers. En retour, l’office central de la propagande anti-allemande, en charge de l’exposition des œuvres de Louis Raemaekers envoie une photographie dédicacée. Quelques temps après, les caricatures sont acquises pour entrer dans les collections de la ville du Havre.
Elles sont conservées et librement consultables, dans leur intégralité, sous la cote FC H4 C 10-11.