UN DEMENAGEMENT VERS LA PLACE GAMBETTA

Archives municipales du Havre, cote 31Fi2360

Archives municipales du Havre, cote 10Fi24

Le 23 novembre 1892, année précédant le centenaire de la naissance de Casimir Delavigne, le déménagement des statues est décidé. Le maire, Louis Brindeau, avait émis le souhait qu’elles soient exposées dans les jardins de l’Hôtel-de-Ville. Il leur faut un bel espace, dégagé. La place Gambetta, à l’ouest du bassin du commerce - actuellement la place du Général-de-Gaulle - paraît toute désignée. Une réserve est cependant émise car cette place appartient à l’Etat et la concession n’a pas été obtenue. Louis Brindeau accepte le principe en proposant de simplement prévenir l’Administration de la situation, d’autant que les travaux d’aménagement du terre-plein sont minimes.
Le transfert des deux statues et de leurs socles, qui doivent être surélevés, s’opère en février 1893, au milieu de grandes festivités. Un énorme charroi attelé à 6 chevaux est utilisé pour le transport. Cette spectaculaire opération est croquée par le caricaturiste de la Cloche illustrée. L’inauguration des deux statues a lieu les 1er, 2 et 3 avril, en présence de François Coppée, écrivain et dramaturge français. Une grande fête vénitienne ayant pour cadre le bassin du commerce vient clôturer ces réjouissances.
En avril 1908, de petits plaisantins posèrent un chapeau haut-de-forme sur la tête de Casimir. Il fallut une grande échelle pour le décoiffer. Ce déguisement ne manqua pas de déclencher l’hilarité et de motiver une chansonnette sur l’air de « Viens Poupoule ».
Après la Première Guerre mondiale, Le Havre fait construire son Monument aux morts, sur les plans du sculpteur Pierre Poisson. L’emplacement choisi est la place Gambetta. Il convient donc de trouver un nouveau lieu pour y mettre les deux statues des écrivains havrais. C’est alors que s’impose l’idée première de Louis Brindeau.


Archives municipales du Havre, cotes 4Fi77, 4Fi100 et 4Fi102