Aller au contenu principal
ARCHIVES - LE HAVRE   FR / EN
Chambre de l'hopital Pasteur

Catastrophes et épidemies

 

XVIe siècle

1525

15 janvier, la "Male Marée" submerge la ville : plus de 100 morts et 28 bateaux de pêche détruits.

Reconstruction de la chapelle Notre-Dame détruite par cet ouragan

 

1563

Épidémie de peste.

 

1580

6 avril, violent tremblement de terre, sans dégât.

 

1584

Hiver rigoureux : en janvier et février, il est possible de marcher sur la mer.

 

XVIIe siècle

1606

À Pâques, un ouragan dévaste la ville, en particulier les barres, épis, jetées, quais et fontaines.

 

1637

Une épidémie de peste sévit jusqu'en 1639.

 

1638

Un affaissement de terrain provoque une inclinaison de près de 60 cm de la façade de l'église Notre-Dame ; elle est redressée spectaculairement par le maçon Pierre Joseph Erouard.

Réaménagement du cimetière Notre-Dame qui s'était également affaissé.

 

1646

Des tempêtes provoquent des dégâts sur les infrastructures du port : six épis sont touchés, des planches sont arrachées, des cases sont vidées de leurs pierres ; la jetée nord est particulièrement frappée : les parois et la barre sont ruinées et la tête de digue est entamée.

 

1662

Un cyclone dévaste les installations portuaires et hydrauliques : les sept épis et jetées de bois qui existaient du village de Sainte-Adresse jusqu'au Havre sont entièrement détruits.

 

1665

L'effondrement, au passage d'une procession, du Pont Notre-Dame, qui n'était porté que sur des mâts de navires, provoque de nombreuses victimes ; il est remplacé par un pont levant, dit Pont aux Chaînes.

 

1668

Épidémie de peste à Dieppe et à Rouen : le commerce est interrompu.

 

1670

Hiver rude, entraînant la pénurie et la cherté du pain.

 

1678

Une violente tempête provoque des dégâts considérables à l'entrée du port : les galets s'entassent sur 3,30 m, le grand épi du côté de Sainte-Adresse est endommagé.

 

1684

Hiver exceptionnellement rigoureux ; l'estuaire est pris dans les glaces.

En février, l'éclatement des canalisations prive la ville d'eau potable.

Fin mars, la mer se couvre de glaçons.

 

1690

Le débarquement des malades de la flotte de Tourville entraîne une épidémie de typhus, à laquelle s'ajoute le scorbut : des sources contemporaines évaluent le nombre de morts à plus de 2 000.

 

1692

Léger tremblement de terre.

 

1693

Famine pendant l'hiver.

Tremblement de terre le 18 septembre.

 

1694

Un ouragan dévaste la région en août.

 

XVIIIe siècle

1701    

Des tempêtes arrachent les toitures.

 

1705    

Une tempête exceptionnelle détruit les digues, emporte une partie de la jetée en bois, coule plusieurs navires, comble de galets l'entrée du port et inonde la ville et la plaine de Leure.

Hiver rigoureux, pénurie de bois.

 

1706    

Série de tornades provoquant d'importants dégâts.

 

1708    

Hiver long et rigoureux.

 

1709    

Hiver exceptionnellement rigoureux, comme sur toute la France ; les récoles périssent, les chemins impraticables et la mer gelée empêchent tout ravitaillement : famine.

La foule pille les boulangeries.

 

1710    

Hiver rigoureux.

Famine.

 

1711    

6 octobre, tremblement de terre.

Une tempête emporte une partie de la jetée.

Disette.

 

1715  

Une tempête emporte une partie de la jetée, comble le port de galets, inonde Leure et coule plusieurs navires.

 

1733    

La mer détruit les épis.

 

1755    

1er novembre, le séisme qui anéantit Lisbonne est ressenti jusqu'au Havre.

 

1756  

L'incendie qui détruit le Théâtre de la porte d'Ingouville fait plusieurs morts.

 

1757    

28 octobre, tremblement de terre.

 

1759    

Tremblement de terre en décembre.

 

1764    

Ouragan : les vents sont si violents que la mer reste haute pendant près de 20h.

 

1765    

Une forte tempête, connue sous le nom de Coup de vent de Saint-François provoque d'énormes dégâts.

 

1769    

Tremblement de terre de faible amplitude.

 

1771    

Pendant une douzaine d'années, une fièvre violente, appelée la suette, tue chaque été de nombreuses personnes ; depuis le milieu du siècle, les négociants et les bourgeois aisés quittent la ville basse, malsaine et sujette aux épidémies, et s'installent sur la Côte d'Ingouville.

 

1774    

Disette.

 

1776    

Terrible hiver : l'estuaire est entièrement pris dans les glaces, la température atteint -19°.

 

1778  

Ouragan.

 

1785    

Éboulement près des phares : le bruit, semblable à une explosion, s'entend jusque dans la ville.

 

1788    

Hiver rigoureux.

Disette.

Au mois de décembre, la Seine est gelée de Paris au Havre.

 

XIXe siècle

1808

Plusieurs tempêtes et ouragans, pertes considérables.

 

1810

28 janvier, destruction par le feu de la Salle de Comédie bâtie en 1787.

En novembre puis en décembre, des tempêtes rompent des digues, la ville et la plaine sont inondées par la mer, la mer atteint les marches du Palais de Justice (actuel Muséum).

 

1811

Leure subit à nouveau des dégâts considérables, du fait de la rupture d'une digue.

 

1829

Incendie puis reconstruction de la nouvelle Salle de Spectacle.

Hiver rigoureux, la température descend jusqu'à -16°, le port est pris dans les glaces ; des loups traversent Fontaine-la-Mallet, Rouelles et le bois des Hallates ; des pierres destinées à l'église Notre-Dame sont fendues.

 

1831

Éboulement de la falaise depuis le phare jusqu'au village de Sainte-Adresse ; l'éboulement de La Hève détruit un corps de garde, un jardin de la batterie et plusieurs cabanes de pêcheurs.

 

1832

Première épidémie de choléra, 183 morts.

 

1834

Une large bande de terrain disparaît dans les flots, anéantissant des briqueteries et des tuileries.

 

1836

La mer menace une langue de terre qui sépare la plage de la Mare-aux-Huguenots : les plaines de Graville risquent ainsi l'inondation.

 

1837

Un violent coup de vent dégrade tant la plage, au sud de l'épi Saint-Roch, que la mer menace de s'y engouffrer, inondant ainsi une partie du Havre, d'Ingouville et de Graville.

 

1838

Hiver exceptionnel, la température descend à -18°, les bassins et l'embouchure de la Seine sont gelés.

 

1840

Incendie du Théâtre, qui sera reconstruit l'année suivante.

 

1841

Un ouragan provoque d'importants éboulements au Cap de La Hève.

 

1843

Incendie du Théâtre, qui sera reconstruit l'année suivante.

Thumbnail

 

1844

Depuis une dizaine d'années, mouvement d'affaissement général des basses falaises, accompagné d'éboulements successifs.

 

1847

Tremblement de terre le 10 juillet.

 

1848

Deuxième épidémie de choléra (650 morts).

 

1853

Troisième épidémie de choléra (313 morts).

 

1855

Quatrième épidémie de choléra (242 morts).

Ouragan.

 

1861

Pour la deuxième année consécutive, de très gros blocs de glace obstruent l'estuaire et empêchent toute navigation.

 

1863

Tempêtes, grandes marées, inondations des bas quartiers.

 

1869

La circulation des voitures est impossible ; les gens aisés se déplacent en traîneaux tirés par des chevaux.

 

1874

Tempêtes et averses diluviennes, ouragan le 8 ; le 9, coïncidence de pleine mer, de grande marée et de forts vents d'ouest : nombreuses destructions, en particulier dans les infrastructures portuaires.

 

1879

Tremblement de terre.

 

1881

Plusieurs séries d'éboulements très importants font suite à des mouvements qui durent depuis 8 ans. Une fente d'une étendue considérable apparaît en travers de la route nouvelle (boulevard Maritime) : elle la coupe d'une véritable marche que les cantonniers doivent aplanir chaque matin ; elle se prolonge ensuite jusqu'au viaduc et le détruit.

 

1890

Une série de tempêtes endommage une partie de la ville et du littoral.

 

1891

Les basses falaises ont presque partout disparu ; la présence de nombreuses crevasses fait craindre de nouveaux éboulements.

 

1892

Cinquième et ultime épidémie de choléra (532 morts).

 

1896

Un ouragan provoque d'énormes dégâts.

 

1898

Le paquebot La Bourgogne, de la Compagnie Générale Transatlantique, est abordé dans le brouillard en plein océan par un trois-mâts anglais ; le paquebot coule, faisant 565 victimes, et 162 rescapés.

 

XXe siècle

1905

Les mouvements de falaise n'ont pas cessé depuis 1891 ; sous le sémaphore de La Hève, un éboulement particulièrement important, sur 160 m et 1 800 m² soit 700 000 m3 de terre, écrase le "village" de pêcheurs de Canaqueville, faisant plusieurs victimes.

 

1911

Nombreux éboulements depuis 1907 au cap de La Hève ; éboulement et glissement de la falaise à Octeville (lieu-dit Le Croquet), sur une largeur de 200 m : la masse, en glissant d'un seul bloc, détruit la valleuse.

 

1915

11 décembre, explosion accidentelle à Graville d'une usine de munitions dite la Pyrotechnie belge (130 morts).

Thumbnail

 

1917

Le bassin du Commerce est pris dans les glaces.

 

1922

Incendie du Théâtre-Cirque, boulevard de Strasbourg.

 

1923

En août, un cyclone emporte 200 cabanes de plage.

 

1926

Tremblement de terre le 30 juillet.

Le paquebot Paris coule son remorqueur Ursus lors d'une manœuvre : 10 morts.

 

1936

Ouragan (vents de 235 km/h).

 

1938

Le paquebot Lafayette est détruit par le feu dans le port.

En août, inondation de la ville suite à d'importantes précipitations.

 

1939

Incendie et chavirage du paquebot Paris dans le port.

 

Thumbnail

 

1940

Terrible hiver.

 

1941

Nouvel hiver très rigoureux.

 

1945

Hiver très rigoureux.

 

1948

Depuis 1921, nombreux glissements et éboulements sur le littoral du cap de La Hève ; affaissements et tassements de terrain à proximité du Nice Havrais.

 

1954

Terrible hiver.

 

1956

Nombreux éboulements et glissements des falaises, à Sainte-Adresse, Bléville et Dollemard, mais surtout à Octeville.

 

1963

Le canal de Tancarville est en partie gelé.

 

1964

Ouragan provoquant de graves dégâts (167 km/h en ville et 200 km/h sur la falaise).

 

1970

29 août, gigantesque incendie dans un entrepôt boulevard de Léningrad : 250 tonnes de coton partent en fumée.

 

1980

20 juillet, inondations importantes au Havre et dans la région.

 

1982

En juin, des précipitations torrentielles provoquent d'importantes inondations en ville basse. Huit quartiers sont déclarés sinistrés. Un important glissement de terrain (100 000 m3), sur la falaise de Dollemard, menace deux habitations.

12 septembre, un gigantesque incendie ravage 3 des 4 hangars du Port Autonome où se trouvait entreposé le plus important stock de coton d'Europe (14 000 tonnes).

 

1983

7 juin, un orage extrêmement violent s'abat sur la ville (72 mm d'eau) et cause de très importants dégâts.

 

1985

Des centaines de tonnes de terre s'effondrent sur la rue Georges-Lafaurie.

 

1986

21 juin, un violent orage provoque d'importants dégâts dans l'ensemble de l'agglomération (un mort).

7 octobre, à la suite d'un accident survenu dans l'usine d'Atochem, un nuage toxique se répand sur la ville : 29 personnes sont hospitalisées.

 

1987

16 octobre, des vents de 180 km/h soufflent sur la région, occasionnant de nombreux dégâts.

 

1988

14 février, une fuite de pipe-line déverse une gigantesque nappe de fioul dans la Lézarde : elle est entièrement polluée de Montivilliers à Harfleur.

Important glissement de terrain rue Gabriel-Fauré.

 

1989

Fuite de fioul lourd à la centrale thermique : pollution du port.

 

1990

Série de fortes tempêtes, 173 km/h à La Hève. Le port d'Antifer accueille de nouveaux des pétroliers géants après 3 ans d'absence et subit une marée noire.

 

1997

7 août, le Kadja rate son accostage et déverse 100 tonnes de fioul dans le bassin Théophile-Ducroq.

9 août, trois hangars (36 000 m²) sont ravagés par un incendie sur le quai de Gironde.

 

1998

Éboulement de la décharge de Dollemard, sur une largeur de 50 m et une longueur de 200 à 250 m, pour un volume estimé à 50 000 m3.

Longue et forte tempête, mais peu de dégâts.

 

1999

Des précipitations torrentielles provoquent d'importantes inondations, d'abord en mai, puis le 26 décembre lors de l'ouragan qui dévaste le nord de la France (vent de 200 km/h au Pont de Normandie).

 

2000

Fortes tempêtes et pluies abondantes.

 

XXIe siècle

2003

En juin, des précipitations torrentielles provoquent d'importantes inondations en ville basse.

 

2013

En février, deux éboulements successifs les 3 et 25, c’est au total 450 m linéaires de falaise qui s’effondrent en mer à la Valleuse du Fond du Val, à Octeville-sur-Mer.

 

2015

17 octobre, un incident survient sur la plateforme Total de Gonfreville-l’Orcher : une fuite d’éthylène de 800 m3 au pied de la torche ouest, suite à un problème sur un compresseur. Elle n’est révélée au public que plus d’un mois après.

 

2019

25 juillet, un record de température est enregistré au Havre, lors d’un épisode de canicule : 38,5 °C

 

En savoir +
Bibliographie de Jacques Momot
Bulletin du Bureau d'hygiène du Havre (1910-1918)