Aller au contenu principal
ARCHIVES - LE HAVRE   FR / EN
Concours National 1905
Exposition numérique

Le port au travail au début du XXe siècle

Les activités commerciales et militaires se croisent dans le port et l'animent. Les Havrais arpentent fréquemment les quais pour participer, regarder et saluer les incessants mouvements des navires et des cargaisons qui rythmes la vie de la cité. C'est pourquoi sur les photographies du port sont souvent des témoignages de la vie des Havrais.

Vers 1903 - Du chenal au bassin Bellot

Thumbnail

Un remorqueur à vapeur et à roues sur le point de doubler la jetée nord.

En arrière plan, le sémaphore et la batterie dite de Provence qui défendait alors l’entrée du port conjointement avec le front de la Floride.

 

Thumbnail

Pêcheurs de hareng au travail à quai. La localisation sur le plan est incertaine.

 

Thumbnail

Une vue de l’angle des quais de Pondichéry et de Madagascar, dans le bassin Bellot.

 

1905 - L'avant-port lors de la Grande Semaine Maritime

Thumbnail

A l’occasion des festivités de la Grande Semaine Maritime de 1905, une petite escadre militaire mouilla au Havre et s’ouvrit aux visiteurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant 1907 - Le fort de Floride

Thumbnail

L’entrée du port et sa jetée sud. On aperçoit les fortifications de la Floride démantelées en 1907. Au premier plan, le vapeur qui faisait la liaison passagers de Rouen au Havre par la Seine. Il s’agit du Félix-Faure, en service de 1900 à 1939.

 

Après 1908 - Les nouvelles digues

Thumbnail

La digue Nord a été achevée en 1905 et la digue Sud en 1908. Barques et voiliers de pêche entourent un cotre pilote du Havre sous voiles, reconnaissable à son immatriculation caractéristique portant un grand H suivi d’un numéro. Il s’agit du H.14 portant le nom de Louise et actif de 1907 à 1919.

 

Digue nord, digue sud, une protection accrue

Par vent de sud-ouest, les déferlantes rendent dangereuses l’entrée dans le port. Les importants travaux engagés sur la jetée du nord-ouest, durant la seconde moitié du XIXe siècle, avaient amélioré la sécurité.

Dès les années 1880, l’accroissement notable du trafic de marchandises et du nombre de passagers arrivant ou partant par les paquebots transatlantiques, impose la création d’un avant-port, protégé par deux digues, une au nord, et une seconde en crochet, au sud, qui casseront la houle et modifieront la courantologie locale, ce qui aura un impact sur le comblement de la passe par les galets.

Les deux chantiers sont monumentaux. La digue nord est un chantier pour partie terrestre, Il débute sur la plage et se termine en pleine eau. Engagée dès la toute fin du XIXe siècle la construction traîne en longueur et ne sera achevée que fin 1904.

C’est en février de cette même année que débutent les nouveaux travaux sur la jetée du nord-ouest, donnant à l’ensemble, une orientation de 30° plus au nord. Le chantier s’achève en septembre 1905.

Le chantier, pour la digue sud, est durant ce temps, une entreprise colossale, entièrement maritime, avec l’édification d’un mur reposant sur une sole artificielle d’enrochements. Le chantier s’achève le 1er juin 1908. L’avant-port est dès-lors entièrement clos, avec une passe qui avait été rendue à la navigation, dès le début de l’année 1906.

 

Les sémaphores du Havre
Qu'ils soient au cap de la Hève, sur celui du Hoc ou encore à l'entrée du port du Havre, le sémaphore est une pièce maitresse pour la navigation le long des côtes et dans le port.
Justement, le port du Havre a connu différents sémaphores, dont la chronologie suivante donnera une idée succincte de l'importance de ce bâtiment implanté le plus proche possible de l'entrée du port depuis 1822 :
- La Tour François-Ier depuis 1822.
- le premier : construit en bois en 1862 sur la jetée nord, par l' ingénieur Lemaistre. Il est tombé en vétusté
- le deuxième : remplacé en 1904 par une construction provisoire en bois.
- le troisième : construit en dur en 1909, il est détruit lors des bombardements de 1944.
- le quatrième : construit en 1946, surélevé d'un étage en 1952
- le cinquième : remplace le précédent à partir de 1973. Il est construit sur les plans du cabinet Loisel.
En savoir +
Le premier sémaphore (1862-1904)
Le second sémaphore (1904-1909)
Le troisième sémaphore (1909-1944)
Voir l'exposition sur la Tour François-Ier
Photothèque